Développement personnel

Savoir dire non

Cet article s’adresse aux personnes qui ne savent pas dire non.
Bien sûr, je vous laisse juger en quelles circonstances utiliser les conseils qui suivront. Car il y aura toujours des moments où vous souhaiterez dire ‘’non’’ et où vous aurez pourtant raison de dire ‘’oui’’, dépendamment de la personne qui s’adresse à vous et de la situation.
L’enjeu ici est davantage de savoir pourquoi et comment dire non lorsqu’on vous demandera quelque chose qui va à l’encontre de vos besoins et de vos sentiments.

Mémo des raisons de dire non

Voici un mémo qui vous rappellera brièvement pourquoi vous aurez raison de dire non :

  • Le temps est précieux, vous n’avez pas envie de le perdre à faire des choses qui ne vous intéressent pas ou vous déplaisent.
  • Vous devez être franc avec vous-même! Cessez d’agir pour faire plaisir aux autres avant même de savoir ce que vous voulez vraiment. Écoutez-vous! Car dire constamment ‘’oui’’ aux autres revient tôt ou tard à se dire ‘’non’’ à soi-même.
  • Vous devez être franc avec les autres! Dire oui à tout pour plaire à tout le monde ne fera pas de vous une personne plus aimée! Sachez qu’on vous appréciera davantage en tant que personne honnête et authentique, capable d’assumer ses valeurs et ses sentiments.
  • Vous n’êtes pas tenu de faire plaisir à votre entourage si cela va à l’encontre de votre propre bien-être. Expliquez votre point de vue si la personne en face de vous est importante (à vos yeux ou dans le cadre de votre travail par exemple) : elle comprendra certainement vos raisons. Si vous n’avez pas envie de vous justifier : alors ne le faites pas!

Pourquoi est-ce dur de dire non et pourquoi vous le devez?

Lorsque l’on manque de confiance en soi, cela peut paraître insurmontable. On se répète :  »la prochaine fois ce sera non ». Mais le moment venu, nous sommes comme paralysés et nous ne pouvons que dire  »oui » lorsque tout notre être nous demande de dire  »non ».
La première étape est de comprendre pourquoi vous n’osez pas dire non.
Les raisons peuvent être nombreuses :

  • peur de décevoir,
  • peur de ne plus être aimé,
  • peur de mettre notre interlocuteur dans l’embarras,
  • peur de ne pas être à la hauteur,
  • etc.

Des conséquences néfastes pour vous et notamment pour votre estime de vous-mêmes.
Plus vous acceptez de faire des choses que vous n’avez pas envie de faire et plus il vous paraîtra difficile voire impossible de refuser les nouvelles demandes.

Il est possible que cela vous conduise à du surmenage, que ce soit parce que vos amis et votre famille vous demandent constamment votre aide ou que ce soit votre patron et vos collègues de travail qui vous en demandent toujours trop.

Cela affectera également votre estime de vous-même : vous faites des choses que vous n’avez pas envie de faire, de ce fait vous vous négligez et dévaluez vos besoins et intérêts personnels. Vous faites passer les demandes des autres avant vos propres besoins. Cela veut dire que vous placez les autres au-dessus de vous-même. Cette hiérarchisation ne peut que renforcer une perte de confiance en soi et un abattement moral.

Lorsque vous dites oui alors que vous ne le voulez pas, vous le faites le plus souvent au détriment de vous-mêmes.

Mais comment dire non?

Dans un premier temps, si cela est vraiment trop dur pour vous de dire non, apprenez simplement à remplacer ‘’oui’’ par ‘’peut-être’’.
Croyez-moi cela a de nombreux avantages :

  • Vous éviterez un potentiel conflit en ne donnant pas un refus clair.
  • Vous vous accorderez ainsi une sorte de délais pour évaluer la demande et mieux cerner ce que vous voulez.
  • Il vous sera plus facile de revenir plus tard sur votre décision et de pencher vers un  »non’’ avec, s’il le faut, des arguments que vous aurez eus le temps de mûrir.
  • Votre réponse évasive va aussi avoir des conséquences chez votre interlocuteur : celles d’envisager un refus et des moyens pour se débrouiller sans vous.

En d’autres termes, le ‘’peut-être’’ va vous laisser le temps et le choix que vous ne vous accordez pas dans l’immédiat. Car bien souvent, nous disons ‘’oui’’ pour faire plaisir avant même d’avoir évalué nos propres envies et besoins.
Nous comprenons plus tard que ce que nous avons accepté va à l’encontre de nos intérêts et nous nous sentons ensuite obligés de respecter notre parole.
Mieux vaut dire ‘’je ne sais pas’’ lorsque l’on est incertain plutôt que de se mettre dans une situation délicate.
De même, n’hésitez pas à employer le conditionnel, le futur ou encore des tournures de phrase approximatives qui laisseront planer le doute quant à la possibilité que vous répondiez favorable à la demande : ‘’il est possible que’’,  »je pourrai peut-être »,  »si je suis disponible je t’aiderai »,  »je dois vérifier d’abord »,  »je te reviens plus tard si je peux »,…


Attention tout de même : montrer à votre interlocuteur votre indécision avec un ‘’peut-être’’ en plus d’une mine embarrassée, peut vous mettre en situation de faiblesse. Votre interlocuteur sait que vous hésitez. Il tentera peut-être de vous convaincre en insistant. Mais gardez à l’esprit qu’il n’est jamais trop tard pour décliner une proposition.

Dites NON franchement

Le meilleur moyen d’éviter de faire des choses que nous ne voulons pas reste d’être ferme et franc. Dites les choses avec assurance. Vous n’avez pas envie, c’est votre droit.
Être ferme ne veut pas dire être désagréable. Utilisez juste assez d’autorité dans votre voix pour montrer que vous ne reviendrez pas sur votre décision. Si la personne en face de vous insiste, insistez vous aussi. Ne montrez aucun signe d’hésitation à partir du moment où vous avez décidé d’être ferme.

Savoir accompagner un non

Vous avez réussi! Vous avez dit non au risque de décevoir une personne, un ami, un collègue, un membre de votre famille. Et ensuite? Ce n’est pas obligatoire mais vous pouvez faire passer la pilule de bien des manières différentes :

Donner une justification : vous ne pouvez pas pour X raison. Manque de temps, manque d’argent, manque d’énergie ou tout simplement manque de motivation. N’en ayez pas honte et communiquez vos raisons!

Promettre une contrepartie : vous ne pouvez pas rendre service cette fois-ci mais ce n’est que partie remise. Vous serez disponible une prochaine fois pour aider, faites-le savoir!

Vous excuser gentiment : le plus simple est souvent de s’excuser, car cela ne mange pas de pain et adoucira votre refus.

Sachez que la plupart du temps, être honnête suffit à faire comprendre un refus à son interlocuteur.

Allez-y pas à pas

Peut-être aurez-vous plus de facilité à annoncer les choses par messages ou par téléphone. Peu importe le moyen, si cela vous permet d’être d’être honnête avec les autres et vous-mêmes. S’affirmer est un long chemin qui demande du courage. Allez-y petit à petit : de ‘’peut-être’’ en ‘’non désolé’’ par sms, puis en ‘’je ne pourrai pas’’ timide à voix basse jusqu’à un ‘’non’’ ferme et affirmé.
En vous forçant un peu vous progresserez vite et dire non ne sera plus insurmontable.

Saviez-vous que…

Au Japon, il y a une bonne dizaine de façon de dire non sans jamais l’exprimer clairement. La société prône la politesse. Les convenances pour témoigner du respect aux autres passent bien souvent devant l’expression de ses propres sentiments. Le refus s’exprime quasiment toujours de manière détournée afin de ne pas offusquer l’autre.
Il faut savoir lire entre les lignes pour comprendre les Japonais qui sont maîtres dans l’art de la diplomatie.

Déculpabilisez!

Détachez-vous de toute culpabilité! Sachez que vous avez le droit de changer d’avis. Vous avez le droit d’être fatigué, débordé, occupé. Vous avez même le droit de dire non juste parce que vous n’avez pas envie et puis c’est tout.

Aussi, votre parole n’est pas gravée dans le marbre. Ce qui vous plaisait hier peut vous déplaire aujourd’hui. Peut-être qu’on vous traitera d’indécis mais franchement, est-ce vraiment grave?

Avez-vous du mal à dire non? Et quelles sont vos techniques pour dire non en douceur? Donnez-moi votre avis dans les commentaires 🙂

Tatiana

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

2 commentaires

  • Jeremy

    Un article très intéressant sur un problème qui nous touche tous.
    Je pense cependant que l’on gagne à être ferme dès le départ.
    Aussi, à quand un article connexe sur apprendre à dire « oui » façon Jim Carrey dans « Yes man » 😉

    • Tatiana Wangler

      Effectivement Jeremy, être ferme dès le départ est la meilleure stratégie lorsque l’on sait clairement que ce sera un refus de notre part.
      Et merci pour cette idée : apprendre à dire oui est tout aussi important et mérite un article!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *